Réservation en direct

SITE OFFICIEL DE L'HÔTEL SOLE MARE ** - CALVI

- Moins cher que Booking.com, Expedia...
- Offres spéciales en exclusivité
- Meilleur tarif garanti
- Site sécurisée
Histoire & Découverte

La Balagne

L'équipe de l'hôtel Sole Mare à Calvi vous souhaite la bienvenue dans sa merveilleuse région Corse, La Balagne.

Nous tenons à votre disposition de nombreuses itinéraires et autres balades dont vous pourrez profiter durant votre séjour parmi nous, dans notre hôtel 2 étoiles.

Vous découvrirez notre magnifique patrimoine historique, naturel et culturel.

Nous vous souhaitons d'apprécier tous ces paysages et panoramas somptueux ainsi que ces artisans qui font de la Corse cette terre si authentique !


>> Plan de Calvi & de la Balagne <<

>> Les bonnes Adresses <<

>> Randonnées - Calvi & ses environs <<
Un petit morceau d'histoire de Calvi...

En 1278, les bourgeois de Calvi, excédés par la rapacité des seigneurs du nord de la Corse, se rangèrent volontairement sous la protection de gênes. Cette dernière ne se fit pas prier ! Et pour s’assurer la confiance de la cité, elle lui accorda privilèges et franchises. Le calcul était juste si l’on en juge par la devise gravée au dessus de la porte de la citadelle :

CIVITAS CALVI SEMPER FIDELIS (La ville de Calvi toujours fidèle).

De fait, jusqu’à la fin du XVIII ème siècle, qui vit la Corse devenir française, jamais le soutien de Calvi à la république de Gênes ne fut pris en défaut.
La Citadelle - Calvi :

Les remparts abritent une seconde ville. Une fois franchie la porte monumentale, vous voici dans l’ancien palais des gouverneurs génois, devenu aujourd’hui une caserne de l’armée française. En face se dresse le palais Giubega, qui était la résidence à Calvi des évêques de Sagone.
Dépassant des remparts, les vastes demeures anciennes semblent surveiller les côtes. Les Phéniciens, peuple de navigateurs et de commerçants, auraient fréquenté cet abri dès le Ve siècle avant notre ère. Mais c’est au temps de l’occupation génoise (XIII siècle) que fut édifiée la citadelle de Calvi.
On s’égare à loisir et avec beaucoup de plaisir dans les ruelles et les escaliers de la citadelle, parmi des maisons souvent biscornues, mais toujours crépies de couleurs tendres.
Les quais du port vous offrent le meilleur point de vue sur la citadelle. Ce donjon isolé, un peu en avant des remparts, est la tour de Sel. Elle servait jadis d’entrepôt, après avoir été érigée comme fortification.
Eglise Saint Jean-Baptiste - Calvi :

Elle mérite une visite immédiate, car elle possède un crucifix miraculeux : c’est une croix d’ébène que l’on appelle Christ noir, ou encore Christ des Miracles. Lors du siège de Calvi par le Maréchal de Termes, en 1555, les calvais firent le tour des remparts en procession, en dressant ce crucifix face à l’ennemi… et le siège fut levé.
A Calvi, on ne refuse pas le merveilleux ! D’ailleurs, on aime raconter que le découvreur de l’Amérique, Christophe Colomb, est né ici. Sur les hauteurs de la citadelle, vous verrez en effet une plaque apposée prés de vestiges de murs qu’elle identifie comme ceux de la maison natale de Christophe Colomb. Il est vrai que ce dernier était génois, tout comme Calvi. On dit aussi que le navigateur aurait donné des noms typiquement corses à des poissons découverts dans la mer des Caraïbes. Quand à la maison, ce sont des boulets anglais lancés lors du siège de 1794 qui l’ont détruite. Durant cet épisode historique, parmi les audacieux officiers anglais qui tentèrent l’assaut, se trouvait un certain Horatio Nelson. Et c’est à Calvi qu’il perdit un œil. Vous verrez aussi, dans le dédale des ruelles, une plaque évoquant le séjour de Napoléon Bonaparte en 1792 : fuyant Ajaccio, où il s’était opposé aux partisans de l’indépendantiste Paoli, il était venu chercher refuge chez un parent à Calvi.
Eglise Sainte Marie-Majeure - Calvi :

Depuis votre hotel à Calvi, redescendez en ville, qu’on appelle la Marine, par opposition à la citadelle. Pour cela prenez pour point de repère le monument le plus extraordinaire de Calvi : le clocher crépi en rose et blanc de l’église Sainte Marie Majeure. Cette tour acérée fut construite entre le XVIII ème et le XIX ème siècle prés d’un édifice circulaire abritant entre autres, un remarquable buffet d’orgue du XVIII ème siècle. L’église, magnifique et dans un style baroque se dresse dans la rue commerçante de Calvi, la rue Clémenceau.
La pointe de la Revellata avec son phare - Calvi :
Chapelle Notre Dame de la Serra - Calvi :
Capu di a Veta (La croix des Autrichiens) - Calvi :
La forêt de Bonifato et sa rivière Figarella - Calenzana :
La vallée du Fango - Galéria :
La Route des artisans - De Calvi à L'Île Rousse :

>> Carte interactive <<

En 1993, les artisans de Balagne ont été réunis par la chambre des métiers, et ainsi a été créer l'association "La Strada di l'Artigiani".
Un an plus tard, ils décident de créer une route thématique portant ce nom.
Entre Calvi et Ile-Rousse, vous passerez par tous les vieux villages, et découvrirez femmes et hommes passionnés et fiers de vous faire partager leurs métiers et leur savoir-faire qui se transmet de génération en génération.
Calvi, Calenzana, Cateri, Lumio, Corbara, Santa Reparata di Balagna, Monticello, Pigna, Aregno, San Antonino (village classé un des plus beaux de France) sont des villages où vous ferez de merveilleuses rencontres et découvertes.
Vous y découvrirez l'art de la poterie, la verrerie, la coutellerie et d'autres métiers artisanal tels que les apiculteurs, vignerons, oléiculteurs, biscuitiers...

Vous aurez la possibilité, pour ceux qui aime la marche et la randonnée, d’emprunter des sentiers avec des vues somptueuses et magnifiques ! La boucle de la Pieve d'Aregno et la Tour de la Cima Sant'Anghjulu.
Le phare de la Pietra - L'Île Rousse :

A une petite demi-heure de route au nord de Calvi, en longeant la côte se trouve la commune de L’Île-Rousse. Comme un tremplin avant la méditerranée, l’îlot de la Pietra, sur lequel repose le phare du même nom, un endroit iconique de la cité fondée par Pascal Paoli en 1765.
C’est elle la fameuse Île Rousse qui figure dans le nom de la ville.
La Pietra, ça signifie la grosse pierre, mais à l'époque romaine, on parlait plutôt de «rubico rocega, la roche rouge».
Plus que par ces découvertes archéologiques, le passé est encore visible sur l’île de la Pietra grâce à une tour de défense construite en 1570. Le phare, lui, est bien plus récent. Il date de 1857, sous Napoléon III. Il était question d’éclairer les routes maritimes, et cela correspondait à une politique globale de construction de phares en Corse.
Le lac de Codole - Speloncato :
La plage de Saleccia - Désert des Agriates :
La Réserve naturelle de Scandola et son village Girolata :